IMG_8095.jpeg

TEMOIGNAGES

 France  équipe mixte médaillée d'or  aux JO TOKYO 2021

"Paroles d’un père"

 

L’histoire se passe dans un petit village de Corrèze, à Saint Viance, commune de la périphérie de notre belle cité gaillarde, Brive. Un jour, à la suite d’une activité découverte au sein de l’établissement scolaire, ma fille Emma, du haut de ses huit printemps, rentre de l’école primaire et me dit vouloir s’inscrire dans le nouveau club de judo que va ouvrir Sandrine au mois de janvier prochain.

 

Plutôt chétive et introvertie, elle est fortement ancrée dans un comportement pacifiste plutôt que dans celui de belligérant. Je me dis alors qu’elle aura du mal à s’épanouir dans un tel sport mais si elle veut essayer, pourquoi pas. Mais se pose alors une autre question : mais qui est donc cette Sandrine ? Une Parisienne venue voir si dans notre contrée l’herbe est plus verte et l’air plus sain que celui de la capitale ? Bref, pour tout vous dire, tout cela me paraissait bien mal engagé ! Cependant, ma fille appréciait cette activité hebdomadaire et revenait enchantée de sa pratique du judo qu’elle partage avec son amie d’enfance, Amandine. Je me rends vite compte que sa coach, Sandrine, a un contact inouï et inné avec les enfants et leurs inculque rapidement l’abnégation et le dépassement de soi dans le respect qui fait la réputation de ce sport. Quand je parle avec elle, je ressens le vécu de la sportive ayant côtoyé le haut niveau et qui transmet sa vocation à nos petits athlètes et à la mienne en particulier.

 

Bref, les années passent. Plus Emma grandit et plus mon scepticisme diminue et elle se passionne toujours pour le judo dont Sandrine dérive petit à petit vers la pratique du jujitsu. Puis un jour, tout bascule… Je ne sais toujours pas pourquoi. Une mauvaise chute sur la tête ou une canicule trop sévère ?! Un jour, elle me dit : "j’aimerai emmener les filles (Amandine et Emma) à participer au championnat de France de jujitsu duo system." Je dois reconnaitre que ce jour-là, elle m’a totalement perdu ! Au championnat de… Corrèze ou Limousin, à la rigueur, c’est plus crédible. Elle doit se tromper ou rêver un peu ! On est à Saint Viance ici, pas à Paris ! Et en duo je ne sais quoi ?! Duo system soit l’expression technique du jujitsu dans sa pratique la plus pure qu’elle me dit ! Mais qu’est-ce qu’elle me raconte ! La bonne blague ! Mais comme je suis un tantinet joueur et provocateur : CHICHE !

 

Les semaines et les mois passent et le travail de nos 2 sportives se met en place avec des sessions de répétitions inlassablement, parfois sur un détail (qui n’en est pas un finalement), jusqu’à obtenir le geste parfait. Combien de fois, nous les parents, nous avons attendu que nos filles sortent de l’entrainement ? Combien de chutes ont fait résonner les tatamis ? Combien de "Recommencez les filles !" Un dévouement sans faille, lié à la complicité et à la confiance du trio formé depuis le premier jour du Sakura Club.

 

Enfin, direction Saint Junien, pour la première compétition. Les parents, et moi en particulier, étions bien plus fébriles que nos 2 jeunes pratiquantes qui remportent la compétition en surclassant leurs adversaires un peu médusées par ces 2 ovnis venues de Corrèze. Je suis alors ému de voir Emma exprimer cet art martial avec confiance et réaliser cette performance !

 

Malheureusement, le COVID arrive, chamboule notre quotidien et perturbe fortement la pratique sportive. Un stage par-ci, un entrainement par-là dès que cela est possible mais je sens bien l’entrain et l’envie diminuer…

Mais, à la rentrée scolaire de septembre dernier, les choses s’accélèrent, les stages de formation s’enchainent et les dates de compétitions tombent ! D’abord Poitiers, où étant les seules de leur catégorie, elles vont avoir la chance "d’affronter" entre autres le duo masculin Champion de France en titre et qui ont participé aux Championnats d’Europe et du Monde ! Puis direction Brétigny dans l’Essonne, où rebelote, elles devront affronter des séniors faute de duo féminin dans la catégorie cadette. Grâce à leurs belles performances, elles acquièrent une qualification pour les championnats de France ainsi qu’une expérience humaine et sportive formidable.

 

Aujourd’hui, nous sommes le 19 février 2022, trois ans après ce que je prenais pour une boutade, nous y sommes ! Gymnase d’Amilly, dans le Loiret, Championnat de France de Jujitsu ! Nous, le petit club de Saint Viance, avec certainement, le plus petit dojo du territoire ! 

Encore une fois, les filles seront exemplaires dans leurs comportements et leurs déterminations et deviennent Vice-Championnes de France !!! Bravo les Filles !

 

Voilà, ce soir, je me sens fier, fier de l’investissement de Sandrine qui a eu ″cette idée un peu folle″, fier d’Amandine qui forme et complète ce magnifique duo, sur et en dehors du tatami, fier des parents que nous sommes, fier de sa sœur, Morgane, qui l’a accompagnée et supportée à chaque fois, et enfin fier, que dis-je, immensément fier de ma fille ! Je sais qu’elle est capable de réaliser de grandes choses mais là quand même ! Waouh ! Exprimer ce que je ressens est difficile si ce n’est que je l’aime comme un père peut aimer sa fille.

 

Voilà, il est tard et c’est avec les yeux un peu humides et la vue un peu trouble que je termine cette bafouille.

Voilà, c’étaient juste les paroles d’un père.

 

                                                                                              

 

Bruno BERGERAN 

                                                                                                          19 février 2022